MONGOLIA-2018

MAPS

KML-LogoFullscreen-LogoGeoRSS-Logo
Mongolia2018

loading map - please wait...

UB: 47.918400, 106.918000
Hatskal: 50.437930, 100.158234
1er bivouac: 50.301099, 100.105019
2ieme bivouac: 50.190981, 100.069828
3ieme bivouac: 50.029714, 100.187416
4ieme bivouac: 49.920113, 100.417786
5ieme bivouac: 49.945986, 100.719395
6ieme bivouac: 49.898446, 100.969849
Bivouac sup: 50.051475, 100.049400
8ieme bivouac: 49.990042, 101.264248
9ieme bivouac: 50.035160, 101.360207
Bulgan: 48.811590, 103.534298
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
UB
Ulan Bator Улаанбаатар, Mongolia
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
Hatskal
Mongolia
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
1er bivouac
galuutin havtsal - Duck Canyon Баянхонгор, Mongolia
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
2ieme bivouac
Mongolia
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
3ieme bivouac
Mongolia
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
4ieme bivouac
Mongolia
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
5ieme bivouac
Mongolia
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
6ieme bivouac
Mongolia
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
Bivouac sup
Mongolia
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
8ieme bivouac
Mongolia
The table above is listing 10 out of 12 markers (sorted by ID ascending)

NEWS

Dimanche, lundi 5/6 août :

Réveil au milieu des pontes de papillons. Nous nous mettons en quête du bus pour UB… Depart 14h ! (Sur le papier). Le bus d’une vingtaine de place arrive, nous embarquons mais faisons trois fois le tour de la ville pour récupérer tous les passagers.ères sur leur pas de porte. Chargements en tous genre, nous finissons par quitter la ville-village au bout de deux heures.

Chauffeur au taquet, ce qui nous amuse jusqu’à la route principale, mais 12 heures plus tard, nous n’avons pas dormis et avons envie d’insulter le conducteur. Léna est à bout, Pierre allume sa cigarette a l’envers, renverse son café mais nous amène à la nouvelle auberge : Sara’s guest house. libération hygiénique et rencontres de nouveaux.elles voyageurs.euses comme Lucien qui se prépare pour la Malaisie ou Amélie pour le Kirghizistan. Sans sieste nous partons prendre du son au black market et revenons les bras chargé de babioles inutiles.

Après avoir géré deux trois formalité s avec la gérante de la guest house nous partons en compagnie d’Amélie refaire le monde autours de bières bien méritées dans un repère de frouz : la green zone. Certains d’entre nous enchaînement les 36h sans sommeil excités par un karaoké et un night club Mongol. Couché 4h30.
Réveil 8h30, dernières petite courses dans UB avant de prendre des chemins différents. Léna reste un jour de plus chez Sara pour préparer sa randonné équestre, Nico et Pierre partent pour Bulgan à la poursuite de la ville fantôme de l’Orckhon.

Jeudi, vendredi, samedi 2/3/4 août :

La pluie nous cueille au réveil, nous partons assez tôt, un peu mouillés. Pas de visite de Pot, le copain de flambée de la veille.
Grosse journée de pagayage puis bivouac de folie sur grève pour échapper à l’orage. En Surplomb de la rivière, au milieu d’une forêt mixte de boulots et de résineux. On devine quelques habitations au loin, perdu dans des espaces immenses.
Réveil au milieu des moutons, on profite du soleil avec un chill matinal avant un décollage précipité à 14h quand un orage pointe le bout de son nez.

Nous jouons au chat et à la souris avec de gros nuages menaçants et le tonnerre au loin. Plus si loin, un gros nuage vient nous rincer. On cours s’abriter sous le auvent d’une maison habitée par une jeune fille. Trempés nous declinons son invitation, attendons l’eclaircis et repartons. Les méandres se font très nombreux, sorte de circuit de karting où les épingle à 180° se succèdent.
Nous rattrapons un des orages au loin et décidons de nous arrêter pour monter le bivouac avant la pluie. Le bosquet se trouve sur une grande pleine herbeuse, c’est le dernier campement avant l’arrivée à Eg uur. Petite amertume d’avoir quitter notre si beau précédent bivouac pour ce qui s’apparente aux toilettes des troupeaux environnants. Mais n’exagérons pas, le couché de soleil est splendide.

Petite nuit et ciel chargé pour les 20 derniers kilomètres. Comme chaque jour quasiment, nous croisons des enfants qui courent sur la rive pour nous saluer. La journée est calme, notre rythme est bon et Eg uur se profile. Nous filmons un plan d’arrivée depuis le pont qui ne se terminera pas, faute de batteries…

Un tracteur traverse dangereusement la rivière, improbable. Toitures colorées, des troupeaux toujours à proximité, nous prenons le temps de nettoyer et ranger nos affaires. Les canoës se dégonflent et l’espoir d’une douche grandit.
Un vieil homme, canette à la main, nous accompagne jusqu’au café-motel. Ce lieu semble fermé depuis des mois, nous attendons patiemment en observant les allés-venus incompréhensibles des habitants. Réouvert pour l’occasion, nous découvrons le dortoir à l’étage. Plaques OSB, traces dun poêle mais pas d’eau. A défaut de sentir bon, nous passerons la nuit au sec, sans parvenir à créer de contact convivial avec la gérante contrairement aux papillons avec qui nous passons la nuit.

Lundi, mardi, mercredi 30/31/01 juillet-aout :

Nous sortons des gorges pour retrouver les plaines. Le soleil nous accompagne, la solitude du canoë aussi. Elle laisse place aux pensées et aux désirs qui divergent au sein de notre trio. Une nuit supplémentaire à la belle étoile nous aide à en parler le lendemain. Nous décidons de rester ensemble pour rejoindre la ville d’Eg Uur qui sera le point final de cette déambulation en canoë.

Pas simple de concilier les envies avec la contrainte du temps et d’un retour qui approche : tourner ce qui deviendra la matière d’un film, explorer, pagayer, flâner..
Dans la foulée de ce petit moment de doutes, deux curieux a moto viennent a notre rencontre, nous passerons un bout d’après midi ensemble : test de l’embarcation, offrande de fromage sec difficile a finir et dégustation de vodka mongol’ l’airak.

Nouveau point de chute sur une petite île, tout confort. La flambée nocturne nous laisse divaguer a des questions de radicalité, de modes de vie, de limites et paradoxes.
Sommeil en retard, départ a midi après le classique “flocon d’avoine, eau et beurre de cacahuète”. Le soir, c’est souvent riz-curry au menu et nous parlons souvent de frites maisons, de lapin, d’un couple de néerlandais qui se serait installé dans la région pour faire table d’hôte, burger et comté sur la carte…

Finalement, c’est Pot que nous rencontrons a la nuit tombée. Il nous rejoint en moto depuis sa gher posée au loin. Partage de lait chaud, de mots, de dessins et de sourires.
Deux nuits de pluie… nous faisons sécher nos affaires sur les plages de galets des meandres, serpent sillonant entre les bosquets, nous rapprochant d’Eg Uur.

Vendredi, samedi, dimanche 27/28/29 juillet :

Une journée à quai, Pierre part chasser les hymenoptères et nous prenons un peu de hauteur sur l’Eg river qui nous porte depuis 4 jours. Feux de joie, pleine lune et avant ça, deux jeunes pêcheurs à moto nous offrent trois truites, sublime.

Quel jour sommes nous ? On s’en fout, nous repartons, ravitaillement à Manhan, western, rues désertes et les premiers “rapides” nous attendent avant de poser le campement N.4. Cacahuètes-saucisson-pâtes au fromage… repus, digestion et départ pour une grande claque visuelle sous le cagnard.

Paysage alpin, on se laisse couler. On retrouve quelques vacanciers avant de se perdre entre falaises, grotte et forêt de mélèzes. Le soleil laisse place à un orage venus de nul part (qui aura son archive sonore). Pour terminer, savourez avec nous ce magnifique Fesse-tin : patates, oignon,carottes, une pincée de riz, ail et aneth… Demain, départ prévu à l’aube.

Mardi, mercredi, jeudi 24/25/26 juillet :

Nuit de bus avec concert de klaxon, rencontre de Michel, jeune Germano-Mongol en vacance avec ses amis. Sa copine, prof d’anglais nous traduira une liste de question pour mener des entretiens vidéos.
Rencontre dans ce même bus de Guillaume, québécois avec qui nous découvrirons les abords du lac Kovsgol. Déambulation au milieu des touristes Mongols venus entre amis ou en famille profiter de l’été.
Notre trio, devenu quatuor, passera la nuit en yourte. Jeux de cartes, dégustation de vodka, yourte de sudation, nuit rêveuse.

Départ mercredi matin avec nos canoës, escortés par le drone de Guillaume. Nous savourons les premiers instants à pagayer sur l’Eg river au milieu des troupeaux de yack, chevaux, vaches…
Un orage de fin d’aprem nous surprend, nous montons nous mettre à l’abri et sommes accueilli par Baasam bayar, ses deux enfants et une petite chèvre. Après la traite, nous nous rejoignons, parvenons a partager plusieurs heures de discussions malgré notre anglais approximatif.

Nous repartons, météo schizophrène, gros vent de face et chaque lacet nous laisse apercevoir un nouveau tableau. Camping au poil ce soir, tentative de pêche, et nous mord l’envie d’être vulgaire pour vous dire comme c’est beau.

Samedi, dimanche, Lundi 21/22/23 juillet :

De Nantes, Genève, Paris en passant par Moscou, Munich ou Pékin, nous nous sommes finalement retrouves au Gengis khan airport. Bilan carbonne explosé, on retrouve les frouze réunis a l’auberge de la petite marmotte. Voyageurs a vélo, trek organisé a cheval, marionetistes en vadrouille..

Explorations urbaines et préparatifs de notre départ dans le nord : c’est chiant d’écrire sur cette tablette, voici des mots clefs et sensations de ces 3-4 jours passés a UB :
– Tout le monde est taxi
– Gratte ciel vs cabanon et ghers
– Difficultés de prononciation
– Fondamentalement touristes
– Karaoké loisir national
– Garagistes omniprésents
– Masculinisé
– Orages et flaques
– Sourires
– Mouton et croques madames

5 thoughts on “MONGOLIA-2018”

  1. On suppose que l’objectif est de relier les 2 épingles …
    Merci pour les mots clés.
    Hâte de voir la tête des canoë gonflés. J’espère que vous pourrez toujours communiquer avec quelques photos, c’est super !
    Bonne chance à tous les 3.

  2. nous sommes supers contents de savoir que votre voyage se passe bien et de pouvoir vous suivre dans votre périple!!
    les photos sont magnifiques
    grosses bises a tous

  3. Bonjour les oiseaux voyageurs rencontrés à Mauzé sur le Mignon,
    Merci de nous faire voyager en partageant ces quelques lignes et belles photos 🙂
    Bonne continuation dans vos aventures humaines
    Thierry

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *